A Cure For Life : entre esthétisme et incohérences.

Une fois n'est pas coutume, je reviens aujourd'hui pour une nouvelle critique de film, à chaud. Aujourd'hui sur le dernier Gore Verbinski dont la bande annonce m'avait directement interpellée : A Cure For Life (A Cure For Wellness, pour la version originale), thriller fantastique graphiquement au top mais sans queue ni tête, allons-y pour mon avis !

Article garanti sans spoil.
(de toute façon, j'ai pas compris grand chose.)


Lockhart, jeune cadre ambitieux, est lancé sur la trace de son patron disparu dans un mystérieux centre de bien-être en Suisse. Pris au piège de l’Institut et de son énigmatique corps médical, il découvre peu à peu la sinistre nature des soins proposés aux patients. Alors qu’on lui diagnostique le même mal qui habite l’ensemble des pensionnaires, Lockhart n’a plus d’autres choix que de se soumettre à l’étrange traitement délivré par le centre… la Cure.
Concrètement, ça donne quoi ?

Je vais commencer par les points positifs. Déjà, l'esthétique. Ce film est visuellement sublime. Les décors du sanatorium figé dans les années 30, les couleurs, les plans... Tout cela est très proche de l'univers type American Horror Story ou Salem, j'adore. La musique gothique à souhait n'est pas sans rappeler l'univers de Tim Burton et colle parfaitement à l'ambiance globale. Mia Goth et Jason Issacs (alias, Lucius Malfoy) sont très convaincants dans leurs rôles respectifs.

Bien sur, le thème de l'homme enfermé malgré lui dans un établissement de ce genre n'est pas sans rappeler le génialissime Shutter Island ; Dane DeHaan ayant lui-même une ressemblance assez frappante avec Leonardo DiCaprio.

Cependant, au bout d'une heure, le film part dans tous les sens. Avec quelques idées très intéressantes, on se retrouve au final avec un dénouement indigeste qui nous laisse un arrière goût d'inachevé. Et c'est bien là le plus gros problème de ce film : il laisse trop de questions en suspens, en plus d'attirer notre attention dès le départ sur certains détails (de façon grossière).

Spoiler : "Ce verre d'eau est bien étrange, observez donc durant ce plan fixe de 3 secondes." - "Cette fille n'est pas habillée comme les autres patients, en plus elle marche pieds nus, elle doit avoir une importance particulière."

Non content de nous mâcher le travail pendant les 45 premières minutes, il y a bien trop de scènes inutiles qui n'apportent rien dans la compréhension, à part peut-être semer le doute dans l'esprit du spectateur. Trop d'information tue l'information, le dénouement est à l'image du reste : incompréhensible. Alors, peut-être que c'était le but même de ce long métrage ? Semer le doute, faire réfléchir, se poser des questions, etc. Dans ce cas je suis passée totalement à côté, tant j'ai été atterrée par le grotesque des dernières minutes.

Je n'en dirait pas plus, parce que, hormis tout ça, le film est plutôt intéressant (graphiquement parlant) et mérite d'être vu (peut-être plusieurs fois, pour mieux le comprendre ?)

verdict : 6/10


Avez-vous vu ce film ? Qu'en avez-vous pensé ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire